Portrait d'étudiant - Christophe André-Garrec : "C’est une vraie pépinière de créativité" -
Partager
Retour au journal

Portrait d’étudiant – Christophe André-Garrec : « C’est une vraie pépinière de créativité »

Christophe André-Garrec, étudiant passé par Prép’art Paris et admis aux Beaux-Arts de Nantes et à la Villa Arson de Nice, nous raconte son année 2021-2022. 

Que t’a apporté ton passage à Prép’art ?

Ça m’a apporté une structure, du temps, des échanges avec des profs et des étudiants. Je n’aurais pas pu l’avoir dans un autre contexte. L’espace pour expérimenter des choses. Ça a été révolutionnaire pour mon art en tout cas et pour ma manière de concevoir un projet.

Sur quoi porte ton dossier ?

De la peinture et des expérimentations sur l’idée de vitesse et de mouvement. J’ai réalisé une production à partir de pare-chocs de voitures que je découpe, peint et transforme en vaisseaux spatiaux. J’ai présenté beaucoup de travaux autour de l’univers de la science-fiction post-apocalyptique parlant de nature, de réinvention et de toxicité.

Comment décrirais-tu l’ambiance à Prép’art ?

L’ambiance est géniale ! C’est une vraie pépinière de créativité. Au début j’avais soif de liberté, mais il y a un cadre qui est quand même important à suivre pour produire et progresser.

Quel a été ton coup de cœur de l’année ? 

C’est une multitude de souvenirs, je pense. Le plus marquant : mes après-midis à fabriquer mes vaisseaux avec Jules. Ça crie dans l’école, ça court de partout, ça explore, ça va de groupe en groupe et c’est de l’autonomie vraiment géniale, de supers moments !

Quels conseils donnerais-tu à un futur étudiant ? 

Il faut être à l’heure, suivre les cours, être là et continuer de travailler après les cours. Ce n’est pas une obligation mais j’ai l’impression que dans ces moments où l’école se vide un peu, on a l’occasion de se retrouver un peu seul face à sa production. Ce sont des vrais moments de création.