Partager
Retour au journal

Portrait d’étudiant – Stephen Da Matha Sant’Anna : Développer sa culture

Stephen Da Matha Sant’Anna, étudiant passé par Prép’art Paris, a été admis à l’ENSBA Paris et l’EESAB de Rennes après son année 2020-2021. 

Quelle est ta formation avant d’arriver à Prép’art ?

J’étais en terminale littéraire au Bénin.

Pourquoi as-tu choisi Prép’art ?

J’ai connu l’école sur Internet et un ami de mon père nous a conseillé cette école. 

Que t’a apporté ton passage à Prép’art ?  

Prép’art m’a beaucoup aidé au niveau de la culture. Notamment les cours d’histoire de l’art et les professeurs qui sont toujours là pour nous donner des références. J’ai eu la chance de pouvoir avoir des « conversations artistiques » avec les professeurs qui sont eux-mêmes artistes. D’être dans un cadre propice à la créativité et être entouré de personnes qui partagent le même rêve que moi.

Sur quoi porte ton dossier ?

Sur le hip hop, la culture de mon pays le Bénin, mes expériences de vie, mes souvenirs et la vision du monde qui m’entoure.

Comment décrirais-tu l’ambiance à Prép’art ?

L’ambiance de Prép’art est vraiment spéciale parce que quand tu passes un an à Prép’art tu n’as plus envie de partir. On rencontre des gens incroyables. Dans ma classe, on était tous hyper proches, on était tous amis. Il n’y avait pas de compétition, c’était vraiment bien.

Comment qualifierais-tu la relation avec les enseignants ?
Très cool, on a l’impression d’être amis, ils sont là pour nous aider, nous accompagner, nous faire grandir. Ils sont de très bons conseils. Prép’art c’est une vraie famille. On va encore se voir longtemps !

As-tu un souvenir marquant de ton année à Prép’art ?

Le workshop performance sismographie. Grâce au soutien de mes profs Stéphanie et Frédérique, je me suis sentie à l’aise face à cette expérience que je n’avais jamais faite.

Quels seraient tes conseils pour les futurs étudiants qui souhaitent intégrer Prép’art ?

Je leur dirai d’avoir confiance en eux, d’être très attentifs aux remarques des professeurs, de beaucoup se cultiver car c’est très important.

Comment as-tu vécu la période de l’année pendant laquelle les restrictions sanitaires ont été appliquées ?

C’était plutôt cool, je pensais qu’on aurait du mal mais tout s’est bien passé. Les cours ont continué en présentiel et enseignants étaient très disponibles, on n’a pas eu de mal à construire nos projets même lorsque l’on était à distance. 

Quels sont tes futurs projets et désirs ?

Je veux continuer certains des projets déjà entamés, essayer de nouvelles pratiques, voir plus loin et plus grand. Je m’intéresse aussi à la vidéo et à la photo.  Je vais continuer dans ma lancée de peinture et dessin, grandir et faire de nouvelles découvertes. Je me laisse porter par le vent, si ça me plaît, j’y vais !