Partager
Retour au journal

Portrait d’étudiant : Développer ses projets comme Louise Gaubert

Louise Gaubert, étudiante passée par Prép’art Paris, a développé ses capacités de recherche dans son travail durant son année 2020-2021. 

Quelle est ta formation avant d’arriver à Prép’art 

Je m’appelle Louise, j’ai 22 ans. Avant d’arriver à Prép’art j’étais en fac de biochimie. J’ai décidé d’arrêter et de me réorienter pour faire de l’art. J’ai donc commencé à faire des ateliers de dessin, de peinture et de dessin de nu. De là, j’ai pu créer un petit portfolio avec le souhait d’entrer directement en prépa. Prép’art était l’école qui m’avait été le plus recommandée, c’est pour cela que je suis venue ici. Ma mère connaissait une amie artiste qui connaissait des profs de Prép’art. 

Quelles écoles as-tu préparées ?

Cette année j’ai préparé beaucoup d’écoles : l’ENSAD, les Beaux-Arts de Paris, l’ENSAPC Cergy, la HEAR de Strasbourg, les Beaux-Arts de Nantes, la Villa Arson, l’ENSBA Lyon et la Gerrit Rietveld à Amsterdam. Beaucoup de concours en très peu de temps. J’ai eu l’ENSBA Lyon et Cergy (ENSAPC). Je suis en liste d’attente à Nantes.

Qu’as-tu retenu de ton passage à Prép’art ?

C’est année, j’ai appris à beaucoup travailler, à faire le plus possible. Cela m’a apporté une capacité de recherche sur mon travail et une bonne réflexion autour de mes projets. J’ai profité d’un suivi personnel, avec un espace pour pouvoir développer mes réalisations. L’école m’a aidée à préparer mes entretiens, à savoir parler de moi et de mon travail et à aller au-delà des premières propositions dans le travail pour pousser ma recherche personnelle. J’ai aussi découvert de nombreux artistes que je ne connaissais pas. 

Sur quoi porte ton dossier ?

Je travaille avec la viande et le plastique. J’ai un travail tourné vers la société de consommation. J’ai commencé à construire mon dossier vers octobre, et je l’ai poussé jusqu’à mars/avril. Je n’ai travaillé qu’autour de cela mais c’est ce que j’ai gardé dans le portfolio. 

Comment décrirais-tu l’ambiance à Prép’art ?

L’ambiance générale est bien, sympa. Ce que j’ai bien aimé dans l’école, ce sont les profs. On peut discuter avec tous les profs, ils sont très ouverts et ils ont envie de pousser tous les étudiants même si ce ne sont pas les étudiants de leur classe. Il y a une sorte de cohésion entre enseignants qui fait que si j’ai une question je peux me tourner vers eux. Ça c’est quelque chose qui m’a beaucoup marqué. Et les étudiants sont tous très sympas. L’école est restée ouverte pendant la période de confinement, cela m’a permis de continuer à venir travailler. L’école est tout le temps ouverte et accueille les étudiants qui ont besoin d’espace. 

Quels seraient tes conseils pour les futurs étudiants qui souhaitent intégrer Prép’art ?

Il faut travailler, il ne faut pas négliger les propositions et les remarques des profs. Il faut être assidu et travailler tous les jours, être dans le faire le plus possible, parce que plus on fait plus on a envie de faire, moins on fait moins on a envie de faire. Il faut aussi aller voir des expositions dans les musées, les galeries. C’est quelque chose qui m’a manqué cette année de pouvoir pousser le travail face à des expositions. 

Quels sont tes futurs désirs et projets ?

Je vais aller aux Beaux-Arts de Cergy (ENSAPC), c’était mon premier choix donc je suis contente. Je souhaite aller jusqu’au DNSEP.