Partager
Retour au journal

Portrait d’étudiant : Gwendoline Jambu et le design

Gwendoline Jambu, étudiante passée par Prép’art Paris, a trouvé sa voie vers le design durant son année 2020-2021. 

Quelle est ta formation avant d’arriver à Prép’art ?

Avant d’arriver à Prép’art, j’ai obtenu un bac ES et ensuite, j’ai fait une année de césure à Londres.

Comment as-tu décidé de suivre les enseignements à Prép’art ?

J’ai deux amis qui ont fait Prép’art l’an dernier et pour qui l’année s’était super bien passée. Du coup, j’ai décidé moi aussi d’intégrer l’école.

Avant d’entrer à Prép’art avais-tu déjà une idée de ce que tu voulais faire ?

Non pas vraiment… Je savais que je voulais m’orienter vers les arts appliqués mais je ne savais pas exactement quoi. De la peinture ? Du design ? Et, finalement, ça aura été le design tout particulièrement.

Que t’a apporté ton passage à Prép’art ? 

Il m’a permis de tester plein de choses différentes. Du design et tout ce qu’il y avait autour. Petit à petit, j’ai réussi à trouver ma voie et à faire mon bout de chemin.

Sur quoi porte ton dossier ?

Mon dossier porte principalement sur le design sonore et l’art sonore et plein d’autres choses autour qui le composent. 

Quelle a été ta méthode de travail ? 

Chacun de mes projets a été construit différemment. Des fois j’avais une idée fixe qui a évolué au fil des projets. D’autres fois je ne savais pas dans quelles directions j’allais et finalement le projet aboutissait à quelque chose dont je ne m’attendais pas du tout et c’était d’autant plus intéressant.

Comment décrirais-tu l’ambiance à Prép’art ? 

Franchement super ambiance, je me suis fait des vrais « potes » et puis j’ai sympathisé avec des profs : « big up » à Véro (tutrice).

Comment qualifierais-tu le rapport avec les enseignants de l’école ?

Franchement, super bon. Je me suis sentie vraiment accompagnée. Ils m’ont soutenue tout au long de cette année, plus que mes parents ! Ce sont eux qui m’ont motivée, poussée, Bruno et Tiffany aussi, je les remercie énormément.

As-tu un souvenir marquant de ton année ?

Le souvenir le plus marquant, c’est l’annonce des résultats du concours. C’est pour ça qu’on est à la prépa, c’est notre but, et d’autant plus lorsqu’ils sont positifs. Ce sont de très bons souvenirs.

Quels seraient tes conseils pour les futurs étudiants qui souhaitent intégrer Prép’art ?

D’aller au bout de chaque projet, démultiplier sans avoir peur de faire des choses nulles car au final on va jusqu’au bout, on y croit, et il y a des pépites qui sortent.

Comment as-tu vécu cette période des concours ? Surtout en cette période si particulière de confinement ?

Le calendrier concours très serré n’a pas toujours été facile à gérer, de gros coups de stress mais aussi d’euphories créatives pour le rendu d’épreuves et l’envoi des dossiers en très peu de temps. Du coup on est à fond, on dépasse nos limites. Cela donne des choses auxquelles on ne s’attendait pas. Ce sont ces circonstances qui nous poussent aussi dans notre créativité, que l’on n’aurait peut-être pas eue s’il n’y avait pas de telles conditions.

Quelles écoles as-tu passées et quelle école as-tu choisie ?

J’ai eu l’Ensci, la Design Academy d’Eindhoven, l’Esad de Reims et de Saint-Etienne. Le choix n’a pas été facile. J’ai hésité entre Eindhoven et l’Ensci. Finalement j’intègrerai l’Ensci à la rentrée prochaine.

Quels sont tes futurs désirs et projets ?

Je me vois épanouie, faire ce que j’aime, créer des projets avec d’autres personnes, aller sur le terrain…